CSW60: Mise en œuvre de l’Agenda 2030 favorisant l’égalité des sexes

CSW60: Mise en œuvre de l’Agenda 2030 favorisant l’égalité des sexes

CSW60: Mise en œuvre de l’Agenda 2030 favorisant l’égalité des sexes

La réunion a décidé d’accélérer les actions en faveur des femmes et des filles

La 60ème session de la Commission de la condition des femmes s'est conclue le 25 mars 2016 en présence des membres des Nations Unies dédiés à la mise en œuvre d’un Agenda 2030 favorisant l'égalité des sexes d’ici à 2030. Un ensemble de décisions destinées à améliorer le dispositif en vue d’un progrès rapide ont été actées, incluant le renforcement de lois, de politiques et d’institutions, ainsi que l'amélioration de recueil de données et de financements échelonnés.

 

La Commission reconnait l'idée selon laquelle le progrès des Objectifs de développement durable pour 2030 ne sera pas possible sans l'égalité des sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et les filles.

 

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a salué l'accord et l'engagement des membres des Nations Unies sur la question, ce qui permettra l'application des mesures pour 2030, votées en Septembre dernier, dans tous les pays à travers le monde. Elle a déclaré : « Les pays se sont donné une date d'expiration pour l'inégalité femmes-hommes : 2030. Il est temps de se mettre au travail. Ces accords sont le commencement de la mise en œuvre d'un programme pour l'égalité des sexes en 2030 qui ne doit laisser personne à l'écart. »

 

La croissance de l'engagement international est forte. C’est la première fois qu’une réunion annuelle de la Commission rassemble plus de 80 ministres du monde entier et de 4100 représentants non-gouvernementaux issus de 540 organisations différentes.

 

Les accords s’appuient sur une approche complète de mise en œuvre des 17 Objectifs de développement durable à travers l'intégration de problématiques liées à l'inégalité entre les sexes dans tous les programmes et politiques gouvernementaux. Eliminer l’intégralité des formes de discrimination liées au genre dépend de l'efficacité des lois et politiques, ainsi que du retrait de lois autorisant, explicitement et implicitement ce genre de discrimination. Des mesures spéciales temporaires pourraient être requises pour garantir aux femmes et aux filles la possibilité d'obtenir justice en cas de violations des Droits de l'Homme.

 

La Commission encourage de manière significative les investissements pour pallier au manque de ressources afin d'atteindre l'égalité des sexes mais aussi l'autonomisation des femmes et des filles.

 

Prenant en compte les crises humanitaires et autres urgences affectant les femmes et les filles, la Commission a souligné la nécessité de l'autonomisation des femmes dans le leadership et la prise de décision, que ce soit en réponse aux crises ou dans la reconstruction. A la veille du Sommet Humanitaire Mondial, il faut prioriser les besoins des femmes et filles dans les actions humanitaires, et maintenir leurs droits dans des situations d’urgence. Toute réponse humanitaire doit prendre des mesures pour lutter contre les violences sexuelles, ainsi que toute violence liée au genre.

 

Les membres de la Commission sont tombés d’accord sur la nécessité d'assurer aux femmes une participation égale au leadership dans tous les niveaux de prise de décision, dans les sphères privées ou publiques, dans les gouvernements, les entreprises et autres institutions, et dans tous les secteurs du développement durable. Selon les circonstances, ceci impliquerait de mettre au point des mesures spécifiques afin de fixer des critères de référence, ainsi qu’éliminer les obstacles à la participation des femmes.

 

Etant donné les contributions majeures de la société civile pour l'Agenda 2030, incluant des organisations communautaires, groupes féministes, défenseurs des droits humains, et des organisations de jeunes, la Commission s'est montrée ouverte à la collaboration avec ces groupes pour la mise en œuvre de l'égalité femmes-hommes. Cela montre l'engagement des hommes et garçons comme agents du changement et alliés dans l'élimination de toutes formes de discrimination et violence à l'égard des femmes et des filles.

 

Pour s'assurer des progrès de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans l'Agenda 2030, la Commission souligne la consolidation des capacités de collectes nationales de statistiques, de plus en plus précises et fiables, rangées par sexe, âge et salaire. Les membres de la Commission se sont également mis d'accord pour soutenir le rôle des dispositifs nationaux pour les femmes et les filles soutenant leur autonomisation et l’égalité des sexes.

onufemmes

Related Articles

Close