Stéphane Foenkinos: "Quand les hommes ne seront plus soumis aux règles imposées par un modèle social, éducatif ou religieux, qu'ils s'en affranchiront, ils comprendront que l'égalité est inévitable et surtout salutaire."

Stéphane Foenkinos: "Quand les hommes ne seront plus soumis aux règles imposées par un modèle social, éducatif ou religieux, qu'ils s'en affranchiront, ils comprendront que l'égalité est inévitable et surtout salutaire."

Stéphane Foenkinos: « Quand les hommes ne seront plus soumis aux règles imposées par un modèle social, éducatif ou religieux, qu’ils s’en affranchiront, ils comprendront que l’égalité est inévitable et surtout salutaire. »

© Comité ONU Femmes France / Sophie Bigo

 

Stéphane Foenkinos est un directeur de casting, réalisateur et scénariste français. Frère de David Foenkinos, ils ont notamment réalisé ensemble La Délicatesse. Ils sont en 2015 parmi les premiers signataires de la campagne HeForShe.

 

Déjà connu pour votre engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes, en 2015 vous êtes devenu, avec votre frère David, l’un des premiers hommes en France à rejoindre la campagne HeForShe. Comment est né cet engagement ?

Le 23 septembre 2014, la comédienne Emma Watson a fait un discours inspirant et bouleversant à l'ONU qui correspondait exactement à la vision de la société telle que je l'envisageais. Si j'étais depuis longtemps sensibilisé à l'égalité femmes-hommes, elle a clairement élargi le débat en encourageant les hommes à s'engager pour cette cause, ce qui a fini de me convaincre.

 

 

En signant la charte HeForShe, vous vous êtes engagé à promouvoir l’égalité femmes-hommes. Comment se concrétise votre engagement au quotidien ?

Professionnellement d'abord. En tant que réalisateur, je m'efforce de conserver un équilibre parmi mes collaborateurs et mon équipe technique. Au sein des différentes commissions ou jurys auxquels je participe je vérifie que la parité est respectée. Je suis également engagé dans d'autres associations au sein des métiers du cinéma qui prennent part à cette évolution : Le Lab cinéma ; Le Tunnel des 50 ; l'association 50/50/2020 et tente de mutualiser les causes et les efforts. Par ailleurs j'interviens dans les entreprises ou les écoles pour inciter à la parité et à la diversité, par le dialogue et non la contrainte. Au quotidien je reste vigilant à ne pas retomber dans les travers de certains clichés ou automatismes dus à l'habitude ou à mon éducation. 

 

 

L’affaire Weinstein et #metoo ont permis de révéler l’ampleur des violences sexistes et sexuelles dans tous les milieux, en particulier celui du cinéma. Observez-vous une amélioration de la situation des femmes dans le cinéma français ?

Il est encore un peu tôt pour le dire, mais j'observe surtout que plus personne ne fait semblant d'ignorer qu'il y a un avant et un après #metoo. Cela tempère certainement des excès ou comportements autrefois acceptables. Désormais certains hommes ou femmes ne pourront plus abuser impunément de leur pouvoir et il y a des sujets avec lesquels on ne plaisante plus et c'est tant mieux ! Reste la question de la disparité des salaires qui, si elle s'est améliorée, n'est toujours pas réglée.

 

 

Encore peu d’hommes en France et dans le monde se déclarent féministes. Comment rallier les hommes à la cause ?

Quand les hommes ne seront plus soumis aux règles imposées par un modèle social, éducatif ou religieux, qu'ils s'en affranchiront, ils comprendront que l'égalité est inévitable et surtout salutaire. Il faut sans cesse leur rappeler à quel point le bien être passe par un épanouissement mutuel sans que cela n'empiète sur leur "territoire". Et puis il faut être politiquement épaulé. Plus les gouvernements inscriront l'égalité, la parité et le respect des femmes noir sur blanc dans leur constitution, plus les mœurs suivront et les habitudes avec.

onufemmes

Close